Exposure Draft – the valuation of equity derivatives

L’IVSC a mis en ligne une consultation publique relative à l’évaluation des equity dérivatives

consulter le document

Publicités

Consultation AMF sur la directive AIFM

L’Autorité des marchés financiers lance une consultation publique sur les modifications du livre IV du règlement général transposant la directive AIFM

Dans le prolongement des travaux de transposition de la directive sur les gérants de fonds alternatifs (dite directive AIFM), l’AMF lance une consultation publique sur les modifications du Livre IV du règlement général de l’AMF concernant les placements collectifs. Les commentaires sur les textes soumis à la consultation doivent être envoyés avant le 15 septembre 2013.

voir la consultation

The role of the IVSC Advisory Forum

Un article publié par John Martin, Chairmande l’IVSC Advisory Forum.The_Role_of_the_IVSC_Advisory_Forum

La directive AIFM et la valorisation

En juillet 2013, la directive Alternative Investment Fund Manager (AIFM) aura été transposée en droit français. Cette directive vise à réglementer tous les gestionnaires de fonds non ucits. Le texte couvre de nombreux sujets; les fonds propres, la compétence des dirigeants, le recours à l’effet de levier…Un article entier est consacré à l’évaluation des actifs.

Si la directive laisse la possibilité aux fonds de réaliser la valorisation en interne, elle y pose des conditions très strictes. Lorsque la valorisation est effectuée en interne, il doit y avoir une muraille de Chine. Le texte évoque à plusieurs reprises les conflits d’intérêts et les pressions sur les employés, qui doivent être empêchés. Plus encore, lorsqu’un modèle de valorisation a été construit par l’équipe dédiée indépendante, celui-ci doit être validé par une tierce personne indépendante. La commission européenne fait clairement de la chasse aux conflits d’intérêt la priorité.

En plus de l’indépendance des équipes dédiées, on trouve des exigences pratiques dans les recommandations techniques. Par exemple, le gestionnaire souhaitant réaliser la valorisation de ses actifs devra établir des procédures concernant la sélection des sources d’information et les méthodologies employées. Il devra garantir la compétence et l’expérience du personnel dédié, ainsi que le contrôle de son système d’information. Il devra également préciser le process de résolution des écarts de valorisation.

Face à ces contraintes, il y a fort à parier que beaucoup de fonds d’investissement se tourneront vers des valorisateurs de produits financiers externes, qui apparaissent comme une réponse idoine. Ils réunissent des spécialistes de la valorisation, et ont adapté leur système d’information pour faire face à ce type de demandes: ils ont développé une expertise. Ils sont par ailleurs une solution naturelle aux problèmes de conflits d’intérêts entre équipes. Certains d’entre eux ont les capacités non seulement pour fournir régulièrement la valorisation d’un grand nombre de produits financiers, mais également pour accompagner leurs clients au quotidien, et notamment dans la compréhension des écarts des valorisations. Enfin, leurs offres sont souvent plus compétitives qu’un dispositif interne, grâce à leur mutualisation des coûts. Ils semblent donc les mieux armés pour répondre aux nouvelles exigences réglementaires, et cela dans un délai très court.

La profession a pris les devants pour répondre à ce défi. En France, à l’initiative de Francis Cornut, une association regroupant ses acteurs a vu le jour: l’Association Professionnelle des Valorisateurs d’Instruments Financiers. L’APVIF travaille avec l’International Valuation Standards Council (IVSC) qui a publié un guide pratique, le Competency Framework for Professional Valuers. Ce document détaille les qualités d’un professionnel de la valorisation (indépendance, objectivité et compétence). Au sein de l’APVIF, les professionnels échangent sur leurs méthodes, et les communications de l’association favorisent l’émergence de bonnes pratiques. Tout ceci contribue à une meilleure reconnaissance de ce nouveau métier et donne aux fonds d’investissement la confiance nécessaire pour travailler sereinement avec leurs nouveaux partenaires.

DeriveXperts

Sir David Tweedie nommé Président du Board of Trustees de l’IVSC

Sir David Tweedie est nommé Président du Board of Trustees de l’International Valuation Standards Council (IVSC), sa prise de fonction sera effective le 29 octobre.

Il prend la succession de Roel Campos, président intérimaire depuis le départ de Michel Prada en décembre 2011. Sir David Tweedie a étudié à l’Université d’Edimbourg et est comptable certifié depuis 1972. Sa mission sera de définir les orientations stratégiques de l’IVSC.

Sir David Tweedie a déclaré: «La crise financière mondiale a mis en évidence le rôle crucial de la valorisation, et son impact sur les marchés financiers. Il est désormais vital d’avoir des pratiques de valorisation standardisées pour assurer des approches cohérentes de valorisation des portefeuilles et ainsi améliorer la confiance des investisseurs et des utilisateurs des services de valorisation. Une plus grande confiance bénéficiera aux marchés de capitaux et contribuera à une croissance économique durable à travers le monde.»

 «Je suis heureux de rejoindre l’IVSC à un moment important pour la profession des valorisateurs, et je suis impatient de contribuer à rétablir la confiance du public dans les processus de valorisation».

Pourquoi les sociétés de gestion font appel à des experts indépendants pour renforcer la gestion de leurs risques?

L’AMF a récemment publié une Instruction (2012-01) précisant ses recommandations en matière de gestion des risques. Les différents éléments de la gestion des risques et des problématiques de valorisation sont abordés. En particulier, l’article 4 décrit très clairement la position de l’AMF sur  le « recours à un tiers pour l’exercice d’activités de gestion des risques ». Read more…

Les produits structurés victimes de la réglementation en Inde

Article